Archive pour la catégorie ‘Développement’

SUSPENDUE D’ANTENNE APRES UN TERRIBLE LAPSUS

jeudi, juin 15th, 2017
Partager

Une présentatrice de Gabon Télévision a été suspendue d’antenne après avoir annoncé par erreur la mort du président Ali Bongo Ondimba, en lieu et place de son défunt père Feu Omar Bongo Ondimba.

 

L’édition du journal télévisé de 23h00 de mercredi 7 juin 2017 restera longtemps gravée dans les mémoires des gabonais. Quelques secondes encore avant la fin et tout était bouclé. Pourtant ce soir-là, n’est pas tout à fait comme les autres. Les autorités s’apprêtent à commémorer la disparition du Président Omar Bongo Ondimba. Un communiqué est alors déposé pour lecture à la rédaction de la chaîne publique afin d’annoncer la célébration d’une messe de requiem le lendemain.

La lecture d’un communiqué pourtant simple, lu rapidement certainement par cette professionnelle au point de  remplacer le nom du défunt par celui de son fils, le président actuel.

« Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, s’est éteint à Barcelone en Espagne », a déclaré la présentatrice en lisant ses notes. Elle a mentionné dès la phrase suivante « dans le cadre de la commémoration du huitième anniversaire de son décès ».

 

A ce qu’il semblerait l’intéressée ne s’est pas rendu compte de son erreur et a clôturé son journal comme d’habitude en ne  s’inquiétant de rien naturellement.

 

Pourtant depuis ce jour, Wivine Ovandang n’a plus le sommeil tranquille. La vidéo de la lecture du communiqué a rapidement fait le tour des réseaux sociaux et les propos de la journaliste ont été utilisé pour railler le Président de la République dont elle avait malgré elle annoncé la mort.

Le Directeur général de la chaîne, M. Matthieu Koumba est intervenu dès le lendemain dans le journal de 13h00 sur la « bourde » de sa journaliste pour annoncer  sa suspension de présentation du journal télévisé « à titre conservatoire ».

Wivine Ovandong, présentait le journal télévisé depuis  deux semaines après plusieurs années de reportage de terrain. Diplômée de l’université de Yaoundé où elle a soutenu un master en 2014, elle est reconnue par ses collègues comme une personne professionnelle, sérieuse et sans histoire.

 

Reste à espérer que ses qualités professionnelles pèseront sur la décision finale des responsables de la chaîne de télévision. Tant que ce sont les humains qui présenteront les journaux télévisés,  les lapsus se glisseront toujours là où on ne les attend pas.

 

Par ailleurs, on ne peut nier l’existence et l’activisme de mouvements opposés au Président de la République  et au pouvoir en général très actifs sur les réseaux sociaux depuis les dernières élections présidentielles d’août 2016. C’est plutôt l’exploitation de ce regrettable incident qui a provoqué le tollé et la présentatrice qui a eu le malheur de prononcer  ce lapsus apparaît comme le parfait bouc émissaire. Le journalisme ne doit jamais se faire dans la peur car il reste assurément un bon thermomètre de la démocratie.

 

Sephora Tembi

SERENA WILLIAMS PARLE A CELLES QUI EN VEULENT

samedi, janvier 21st, 2017
Partager

“À toutes les femmes incroyables qui luttent pour l’excellence”

À ces revendications s’ajoutent celle de l’égalité salariale. Car, que ce soit dans l’athlétisme, le tennis, le football ou le surf, les femmes restent (comme dans de nombreux autres domaines, si ce n’est tous) moins bien payées que leurs homologues masculins. Une injustice sexiste contre laquelle décide aujourd’hui de s’ériger Serena Williams.

Le 4 décembre dernier, la joueuse de tennis américaine de 35 ans, considérée comme l’unes des plus grandes athlètes de l’histoire, a en effet posté sur son compte Instagram une lettre aussi puissante que touchante, qui encourage les femmes à poursuivre leurs rêves les plus grands malgré les inégalités persistantes. Un message nécessaire, adressé “à toutes les femmes incroyables qui luttent pour l’excellence”, que nous nous devions de traduire :

“Quand j’étais plus jeune, j’avais un rêve. Je suis sûre que vous aviez un, vous aussi. Mon rêve n’était pas vraiment celui des autres enfants ; mon rêve, c’était de devenir le meilleur joueur de tennis du monde. Et pas le meilleur joueur de tennis ‘féminin’ du monde.

J’ai eu la chance d’être entourée d’une famille qui a soutenu mon rêve, et qui m’a encouragée à le suivre. J’ai appris à ne pas avoir peur. J’ai appris combien il était important de se battre pour un rêve et, plus important encore, de rêver grand. Ma lutte a commencé quand j’avais 3 ans, et elle n’a jamais cessé depuis.

Mais trop souvent, comme nous le savons tous, les femmes ne sont pas assez soutenues dans la poursuite de leurs rêves, voire découragées. J’espère qu’ensemble, nous pourrons changer cela. Pour moi, c’était une question de résistance. Ce que les autres considéraient comme un défaut ou un inconvénient (ma couleur de peau, mon genre), je l’embrassais entièrement pour réussir. Je n’ai jamais laissé qui ou quoi que ce soit me définir moi ou mon potentiel. J’ai contrôlé mon futur.

Alors, quand le sujet de l’égalité salariale est mis sur le tapis, cela me frustre car je sais personnellement que, tout comme vous, j’ai effectué le même travail et fait les mêmes sacrifices que mes homologues masculins. Je ne voudrais en aucun cas que ma fille soit moins bien payée que mon fils pour avoir fait le même travail. Tout comme vous.

Comme nous le savons tous, les femmes doivent briser beaucoup de barrières sur cette route qui mène au succès. L’une de ces barrières, c’est la manière dont on nous rappelle constamment que nous ne sommes pas des hommes, comme si cela était une tare. Les gens me qualifient comme ‘l’une des meilleures athlètes féminines du monde’. Disent-ils de LeBron qu’il est l’un des meilleurs athlètes masculins du monde ? Disent-ils cela de Tiger ? Ou de Federer? Pourquoi pas ? Ils ne sont pourtant certainement pas des femmes. Nous ne devrions jamais laisser ce genre de choses arriver. Nous devrions toujours être jugées pour nos prouesses, et non pour notre genre.

En ce qui concerne tout ce que j’ai accompli dans ma vie, je suis profondément reconnaissante d’avoir vécu les hauts et les bas qui vont de pair avec le succès. J’ai l’espoir que mon histoire, au même titre que la vôtre, inspire les jeunes femmes ; qu’elle les encourage à faire de grandes choses et à suivre leurs rêves avec une ténacité inébranlable. Nous devons continuer à rêver grand, et en faisant cela, nous encouragerons la prochaine génération de femmes à être aussi audacieuses que leurs rêves.

Serena Williams”

 

 

 

 

 

 

COP 22: UN ACCORD POUR SOUTENIR LES ELUES CAMEROUNAISES

samedi, janvier 21st, 2017
Partager

Un accord a été signé le 12 novembre 2016 sur le pavillon France de la COP22. Celui-ci permet de favoriser le développement des solutions d’énergies renouvelables pour l’éclairage public et la fourniture d’électricité aux bâtiments publics et de renforcer le réseau des femmes élues locales du Cameroun.

En présence de Ségolène Royal, Présidente de la COP21 et de René-Emmanuel SADI, Ministre camerounais de l’aménagement du territoire et de la décentralisation, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de Maîtrise de l’Energie) représentée par Mr Bruno Lechevin et le REFELA-CAM (Réseau des Femmes Elues Locales d’Afrique – Cameroun) représenté par Mme Célestine Ketcha Courtès, ont signé un accord de partenariat sur le pavillon France pendant la COP 22.

Cet accord permet de favoriser le développement des solutions d’énergies renouvelables pour l’éclairage public et la fourniture d’électricité aux bâtiments publics et de renforcer le réseau des femmes élues locales du Cameroun.

Dans un contexte où 620 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité, l’énergie est un enjeu majeur de développement. Aujourd’hui, 27 % des ménages ont accès à l’électricité au Cameroun, qui dispose pourtant d’un potentiel important de production d’énergies renouvelables, notamment en matière d’hydroélectricité. Le rapport sur l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables remis par la présidente de la COP à New York, le 20 septembre, pour atteindre 10 GW de projets renouvelables en Afrique d’ici 2020, a en particulier identifié 4 projets au Cameroun représentant plus de 400 MW.

Ségolène Royal se félicite de ce partenariat qui permettra de déployer des projets concrets d’énergies renouvelables dans les communes gérées par des femmes élues africaines. Le REFELA-CAM est un levier agissant au service des populations locales et de la promotion du Leadership au Féminin au plan Local Camerounais. Le réseau regroupe l’ensemble des femmes maires titulaires (une trentaine) des 10 Régions du Cameroun, et encourage la participation des femmes camerounaises à la gestion des affaires locales, telles que la fourniture de l’énergie.

Si les femmes sont les principales victimes du changement climatique, elles sont aussi l’essentiel de la solution. C’est pourquoi, Ségolène Royal a fait du soutien à l’action des femmes contre le changement climatique une de ses priorités de présidente de la COP 21, qui s’est traduite dans les propositions de ses rapports « Energies renouvelables en Afrique » et « Femmes et climat » : création des écoles agricoles pour les femmes, avec des programmes intégrant les énergies renouvelables, financement à parité dans les dispositifs d’alerte.

 


Suivez-nous

Agenda

march, 2019

No Events

Nos activités Instagram

Voir Plus