Le mai 24, 2019  il est 05:59      

« IL FAUT IMPLIQUER LES FEMMES DANS LES PROCESSUS DE PAIX»

La Rédaction

Partager

Le réseau des Femmes des Presses Pour la Paix et la Sécurité en Afrique Centrale (FEPPSAC), vient d’organiser un atelier à Libreville sur le thème : Les médias face aux défis de la consolidation de la paix, comprendre les enjeux de la Résolution 1325 du conseil de sécurité de l’ONU ».

A travers les communications d’experts locaux, les échanges riches ont contribué non seulement à renforcer les capacités des femmes et des hommes des médias venus nombreux,  mais également à les sensibiliser sur l’importance d’intégrer une démarche sexospécifique dans les questions relatives à la paix.

En septembre 1995, 189 Etats ont signé la déclaration de Pékin. Cette Déclaration assortie d’un programme d’action a invité la communauté internationale à s’engager pour la promotion de la femme et l’égalité des sexes. La Déclaration exhorte à mettre en œuvre tous les moyens vers une réelle égalité homme/femme, une politique de développement et un engagement vers la paix.

 

 

En octobre 2000, Le Conseil de sécurité de l’ONU  a voté la Résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité.  Un outil dont l’efficacité dépend de la capacité analytique à maîtriser les dimensions sexospécifiques des conflits et de la paix.

 

Répondre aux défis propres aux hommes et aux femmes en situation de conflit et de post conflit exige une sensibilité et une écoute des réalités humaines vécues spécifiquement et différemment par chaque sexe. Cela exige ensuite une formation et une information appropriée, nécessaire à la prise de décisions éclairées. Cela exige enfin des outils appropriés, des engagements fermes, des mesures d’action, des mesures d’évaluation et des mécanismes d’imputabilité.

 

Les femmes d’Afrique centrale, comme celles d’ailleurs, sont profondément préoccupées par la persistance et la prolifération de la violence et des conflits dans leur région. Elles n’ont eu de cesse ces dernières années de manifester leur volonté, leurs compétences pour faire avancer nos pays sur la voie d’une culture de paix durable, comme prescrit par la Résolution 1325.

 

C’est de ce constat que le réseau des Femmes des Presses Pour Paix et la Sécurité en Afrique centrale est née en novembre 2016 à Douala dans un environnement où les professionnelles des médias et diffuseuses de l’information attachées à la cause de la paix et de la non-violence faisait défaut.

 

Créer un espace où les médiatrices de paix peuvent exprimer leurs préoccupations, confronter leurs expériences, échanger des idées, établir un ordre de priorité pour les stratégies et coordonner leurs actions en faveur de la résolution des conflits et de la construction de la paix apparait comme une nécessité.

 

Quand la paix se trouve menacée, il est important que les Femmes avec leur cœur de mère se mobilisent aussi au plus haut niveau pour promouvoir des messages de paix, de tolérance et de non-violence qui tiennent compte des considérations de genre et apportent leur contribution en faveur de la paix et du développement durable.

 

Enfin, cette rencontre s’inscrivait dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes qui sont célébrés dans le monde entier. La campagne sous la couleur orange débute le 25 novembre, date de la célébration de la journée internationale de l’élimination des violences faites aux femmes, jusqu’au 10 décembre, jour où est célébré la journée les Droits de l’homme.


Des actions sont menées par des organisations féminines afin de bannir les violences faites aux femmes. Rappelons qu’une femme sur trois est victime de violence basée sur le genre au cours de sa vie.

Séphora TEMBI

Tags:


Suivez-nous

Agenda

may, 2019

No Events

Nos activités Instagram

Voir Plus





X
X